Décollages : quelle altitude minimum ?

Un peu de technique !

 

Décollage d’un avion : à quelle altitude mini doit il survoler une ville ou un village ?

 Prenons comme repère la ville de Jonage.

 

Pentes ascensionnelles :

 

1 - Avions à hélices (type AT2R)

 

La pente ascensionnelle à partir du bout de piste doit être de 6% minimum, soit 6 m pour 100 m ( sensiblement 3°30 ).

Exemple Jonage : Du bout des pistes au bas de Jonage, on a sensiblement 6 Km, la hauteur minimum d’un avion devra être alors de 6 x 60 = 360 m d’altitude par rapport à St Exupéry.

Observation : Le post décollage de ces appareils se fait très rarement dans le prolongement de l’axe des pistes.

 

Face au Nord ( à la hauteur de Jonage) les appareils sont sensiblement dans un couloir situé entre Meyzieu et Jonage, soit env. à 35°+ ou - 5° NO par rapport à l’axe de la piste.

 

2- Avions à réaction

 

La pente ascensionnelle à partir du bout de piste doit être de 25% minimum, soit 25m pour100m  ( sensiblement 14°).

 Exemple Jonage : Du bout des pistes au bas de Jonage, on a sensiblement 6 Km, la hauteur minimum d’un avion devra être de 25x60 = 1500 m d’altitude par rapport à St Exupéry

 

A Jonage, nous n’avons pas, ou très rarement de survol d’avions à réaction, Jons étant survolée.

 Précision : En aéronautique les altitudes sont en pieds, pour Jonage on devrait avoir une altitude mini de 5000 pieds. Le pied valant environ 0m3048 : 5000 x 0,3048 = 1525 m.

 

Observation : Le post décollage de ces appareils doit toujours se faire dans l’axe des pistes, mais certains obliquent trop rapidement, survolant alors des secteurs hors trajectoire normale.

 

D’autres gros porteurs lourdement chargés sont quelquefois limités en altitude.

 

 

Surfaces de dégagement des communes impactées (voir carte ci-dessous tirées du dossier « modifications des servitudes aéronautiques à Saint-Exupéry – Mai 2013)